Slow travel : comment voyager éco-responsable

Slow travel : comment voyager éco-responsable

août 17, 2018 0 Par Richard

On entend parler de « slow » partout : slow fashion, slow cosmétique, slow food, jusqu’au slow sex… Vivre slow, c’est adopter une attitude respectueuse envers les autres, envers l’environnement, c’est prendre le temps, c’est revenir aux valeurs simples et éviter la surconsommation, le gaspillage, la pollution… Dans le domaine du voyage, on peut également parler de slow travel, voici donc plusieurs pistes pour voyager éco-responsable.

Le voyage communautaire

Voyager en étant plus proche des locaux, se laisser guider par des autochtones pour découvrir l’endroit à travers les yeux d’un initié, c’est aussi une façon de se reconnecter, des tisser de liens humains et d’éviter les zones et attractions hautement touristiques.

Ainsi, de nombreuses villes à travers le monde ont mis en place des associations de « « , des bénévoles locaux qui vous feront découvrir leur ville en leur compagnie. D’autres sociétés ont mis en place le même système mais avec une formule payante, plus élaborée. C’est le cas de la société en Belgique qui permet de découvrir une ville grâce à un local qui vous emmènera également dans des restaurants typiques, tout en vous racontant des anecdotes en chemin.

Le partage de biens

Partager un bien quand il n’est pas occupé, c’est évidemment très slow. Fini les chaînes hôtelières, la solution pour le logement, c’est la location chez l’habitant! Le site le plus connu en la matière est très certainement , qui permet de louer des logements dans le monde entier chez des locaux. Il peut s’agir d’une chambre inoccupée, jusqu’à une maison complète, selon vos besoins. Non seulement on rentabilise un bien vide, mais en plus les prix sont très intéressants, et c’est souvent l’occasion de discuter et se renseigner auprès du propriétaire.

Il existe bien d’autres concepts :

  • le : à la base, il s’agissait comme son nom l’indique de se faire offrir un canapé pour dormir chez l’habitant à l’étranger, aujourd’hui le terme est plus large et signifie l’hébergement chez l’habitant. Le couchsurfing est gratuit, mais le but du jeu est de mettre aussi un « canapé » à disposition chez soi pour d’autres personnes qui en auraient besoin, sans qu’il s’agisse forcément d’une personne chez qui on a déjà dormi.
  • le : un principe très similaire au couchsurfing, le but est de mettre à disposition son logement lorsqu’il est inoccupé, et de pouvoir bénéficier à son tour du logement d’une autre personne, etc. On parle d’échange de maisons, selon la plateforme utilisée, soit on collecte des « points » en prêtant son logement, qu’on peut dépenser pour dormir à son tour gratuitement dans le logement d’une autre personne, soit il s’agit d’un échange entre deux propriétaires qui dorment l’un chez l’autre au même moment. Il s’agit également d’un concept gratuit.
  • le housesitting : ou gardiennage de maison. Toujours sur le même principe, il s’agit d’occuper une maison pendant que ses propriétaires sont en voyage, et de s’en occuper en attendant.
  • le : si le confort d’un logement en dur ne vous importe pas absolument, vous pouvez aussi tester le gamping, à savoir le camping chez l’habitant. Les propriétaires proposent la location de leur terrain privé pour y planter votre tente, à faible coût.

Dans la même veine, vous permet d’éviter les trajet seul. Le covoiturage c’est aussi une manière de rentabiliser ses trajets, autant financièrement qu’écologiquement. Un bon plan pour ceux qui font de longs trajets en voiture pour se rendre sur leur lieu de vacances. BlaBlaCar est la plateforme la plus connue, mais il en existe d’autres, n’hésitez pas à vous inscrire sur plusieurs sites pour ne rien louper.

Ce n’est pas tout! La plateforme permet de louer du matériel de voyage en évitant ainsi les achats inutiles, une transaction gagnant-gagnant : la personne qui possède du matériel de voyage inutilisé peut le rentabiliser tandis que d’autres évitent d’acheter ce même matériel. Skis, tentes, valises, kits de plongée… on y trouve tout.

Le volontariat

De nombreuses associations recherchent des volontaires pour travailler à des projets communautaires locaux. Les bénévoles se voient ainsi offrir le gîte, ou un logement à prix très réduit, contre quelques heures de travail.

D’autres plateformes proposent également de donner des cours privés ou de rendre des services contre un toit chez l’habitant, sur le même principe que les filles au pair.

Jetez un œil au site pour découvrir ce mode d’échange de services.

Au niveau personnel : faire des choix écologiques

Choisir une voiture de location écologique ou préférer les transports en commun quand c’est possible, choisir un hôtel qui s’investit dans l’écologie et ne pas faire laver ses serviettes inutilement, choisir des destinations que le tourisme de masse n’a pas encore envahi, ne pas gaspiller quand on mange à volonté, jeter ses déchets aux endroits prévus, limiter le poids de ses bagages, nombreux sont les petits gestes que nous pouvons adopter afin de rendre notre voyage plus slow! Et qui dit slow dit généralement économies à la clé, donc on a tout à y gagner…

Vous connaissez d’autres manières de voyager de manière responsable, écologique, slow…? Partagez-les avec nous!